Politique agricole

Le Conseil Départemental de la Creuse, conscient de l'intérêt que présente le maintien d’une activité économique qui doit dynamiser un territoire majoritairement rural, a depuis toujours accompagné le secteur agricole. Il s’est ainsi doté d’une large palette de dispositifs d’intervention. Chaque année ce sont près de 1,5 M€ qu'il consacre au secteur agricole.

Politique agricole de la creuse

En 2012, par l'adoption d'un politique agricole, le Conseil Départemental a fait le choix d'une agriculture :

  • Compétitive, secteur de pointe de l’économie creusoise;
  • Pourvoyeuse d’emplois, atout pour le dynamisme démographique des territoires;
  • Garante de la qualité environnementale des territoires.


Les dispositifs financiers mis en place tendent à atteindre les sept objectifs opérationnels suivants :

  • Systèmes de production plus autonomes
    Parce que les exploitations agricoles sont tributaires de processus économiques qui impactent, souvent de manière brutale, les coûts de production et le niveau des ventes et parce que les perspectives de modification du climat sont de nature à créer des tensions nouvelles.
  • Qualité des productions
    Parce que la qualité des productions agricoles creusoises doit répondre aux aspirations des consommateurs.
  • Installation des agriculteurs
    Parce que le renouvellement des exploitants qui prennent leur retraite et la pérennisation des structures nouvellement créées constituent les deux enjeux majeurs des prochaines années. Pour cela, le Conseil Départemental soutient financièrement les agriculteurs nouvellement installés.
  • Solidarité vis-à-vis du monde agricole
    Parce que la solidarité est au cœur des compétences et des engagements du Département et que les agriculteurs connaissent des problématiques particulières.
  • Coopération entre exploitations
    Parce que la mise en commun d'une partie de l'outil de production contribue à améliorer l’efficacité technique et économique des exploitations.
  • Diversité des productions
    Parce que la spécialisation des productions risque de fragiliser les exploitations en les exposant davantage à l’instabilité des marchés ou à des crises sanitaires récurrentes.
  • Foncier
    Parce qu'il convient d'apporter une réponse aux difficultés d’accès au foncier des nouveaux exploitants et au morcellement des propriétés.

Pour plus d’information : http://www.creuse.fr"